Etre femme, c’est un voyage

 

Dans la protection du cercle de femmes,

les vaguelettes du lâcher prise font craqueler

le contrôle, les concepts et le connu,

ils tombent comme des vieilles peaux;

la dé-couverte peut alors commencer.

 

Plongée dans la détente du corps

lentement le mouvement intérieur se fait sensible,

traversée par les vagues et le souffle

la terre nous soutien sans condition,

ainsi le feu du bassin se manifeste

comme pure joie.

 

Des instants paisibles, parfois rugueux, sauvages ou tout doux,

Puissants, déroutants, frémissants,

Illimités en couleurs,

Se respirent,

S’intègrent,

ELLE les aime sans exclusion

Et sème ainsi la beauté du demain.

 

Etre femme, c’est un voyage,

Au cœur de soi,

Jusqu’à l’autre

Jusqu’à l’univers.

délicieusement, attentivement,

tendrement à l’infini.

Nos cinq sens rencontrent les cinq éléments,

 

Je frémi sous la légèreté d’une prise tendre du matin, rencontre du souffle,

contemple la splendeur d’une goutte d’eau cristalline,

je me donne à la charnelle densité de la terre mouvante,

et danse avec la pulsation chaude d’une nuit d’été, le feu se manifeste dans ma chair,

je m’abandonne à l’espace infini et silencieux d’un ciel étoilé.

 

L’expérience intérieure vibre avec ce qui m’entoure,

Et ce qui nous entoure se fond en moi.